Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

La chute du Mur de Berlin, a été un événement politique considérable, elle est aussi un bouleversement économique comme il ne s'en produit qu'un ou deux par siècles, comparable, dans son ampleur et ses conséquences, à une guerre mondiale. Du jour au lendemain ou presque, le "contre-capitalisme" est démantelé, laissant le champ libre à une économie de marché planétaire. Dès l'effondrement du rempart de béton de la RDA, c'est la ruée de l'Ouest : les entreprises multinationales occidentales se précipitent sur les nouveaux territoires conquis , pour y vendre leur produits, les fabriquer ou acheter des matières premières. Le marché et la "démocratie" annexent l'Est d'un même pas . Le rapport de force entre le capital et le travail s'inverse. Avant novembre 1989, les travailleurs profitaient indirectement de la crainte du communisme - pour limiter les risques de révolution, les entreprises et les Etats consentaient des augmentations de salaires régulières et des droits sociaux étendus. Tout d'un coup, cette crainte disparaît. Pire, les non qualifiés occidentaux sont mis en concurrence avec les non qualifiés slovaques ou chinois, cinquante fois moins bien payés. Et c'est au contraire le détenteur de capital qui profite d'un monde ouvert, dans lequel il peut faire circuler son argent comme bon lui semble pour profiter des opportunités de rendement ou de taxation favorables. La chute du Mur a signé la victoire du rentier.


Union européenne,réveil aux portes de l'enfer

Publié le 3 Juillet 2018, 16:52pm

 
La Commission européenne se félicite d'«habiller l'Arc de triomphe aux couleurs de l'Europe» à l'occasion de la Journée de l'Europe, de nombreux internautes plus ou moins critiques vis à vis de l'UE se sont offusqués de cette décision. Alors que le 9 mai a été célébré la Journée de l'Europe, la Commission européenne a annoncé avoir «habillé l'Arc de triomphe aux couleurs de l'Europe». Une décision qui n'a pas du tout plus à certains internautes, en grande partie critiques sur l'Union européenne. Ainsi, l'un d'eux voit dans le drapeau européen, «un torchon sur l'Arc de Triomphe !».
La Commission européenne se félicite d'«habiller l'Arc de triomphe aux couleurs de l'Europe» à l'occasion de la Journée de l'Europe, de nombreux internautes plus ou moins critiques vis à vis de l'UE se sont offusqués de cette décision. Alors que le 9 mai a été célébré la Journée de l'Europe, la Commission européenne a annoncé avoir «habillé l'Arc de triomphe aux couleurs de l'Europe». Une décision qui n'a pas du tout plus à certains internautes, en grande partie critiques sur l'Union européenne. Ainsi, l'un d'eux voit dans le drapeau européen, «un torchon sur l'Arc de Triomphe !».
Le 29 mai 2005, les Français ont rejeté par référendum le Traité de Constitution européenne.
« Non, nous ne poursuivrons pas dans cette voie ».
Les Français, comme d’autres citoyens de l'Europe, lancent un avertissement sans précédent aux institutions de Bruxelles et aux partis politiques.
Non à l'Europe de l'austérité et du libéralisme.
C’est une rupture majeure sur ce chemin entamé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Ce texte, tout en compromis et lourdeurs institutionnelles, devait passer comme une lettre à la poste.
Du moins, c’est ce que tous s’imaginaient, politiques, observateurs, journalistes, instituts de sondages...
Mais les Français se sont emparés du débat qui a permis de poser des questions fondamentales sur l'économie, la démocratie, les institutions. Cette agora a duré un an, de l’annonce du référendum jusqu'au jour du vote.
C'est à cette Europe-là, technocratique et libérale, ultra-libérale, que les Français ont dit non le en mai 2005.
Comment « le plus grand rapt démocratique de la Ve République », a-t-il été possible ?
Ce vote a provoqué un violent séisme dans la vie politique française.
La victoire du Non a été vilipendée dans de nombreux médias et la majorité de la classe politique.
Les Français ont été traités de « populistes, de poujadistes ou d’analphabètes. »
La presse française détenue à 80% par les milliardaires s'est attribuée un rôle ,celui de faire de la pédagogie.
A défaut de faire son travail d'information..
Trois ans plus tard, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la majorité des députés de droite et des socialistes ont contourné le vote populaire de 2005 en adoptant la loi de ratification du Traité de Lisbonne, copie conforme de la constitution européenne.
En commettant ce déni de démocratie, le parlement a bafoué le vote des Français.
Du référendum de 2005 à la fin du quinquennat de François Hollande, ce film raconte l’autisme politique et le mépris de la parole citoyenne qui ont entraîné le pays dans une fracture sociale et démocratique .
La France « d’en haut » et celle « d’en bas. »
Il n’y a plus non plus d’intérêt général ou collectif, de République, mais un catalogue hétéroclite de choses et d’idées composant des biens communs.
Le Prix Nobel d’économie étant une ruse de propagandiste accompagnant une histoire malheureuse,le mur de Berlin est tombé contre les peuples pour le fondamentalisme du marché libéral .
Ce sont bien ces technocrates de la haute finance qui, privés en outre de toute légitimité démocratique puisque ce ne sont pas les peuples qui les ont élus, se voient aujourd'hui ,une trentaine d'année après la réunification allemande soudain propulsés, sans que nous n’ayons jamais été consultés sur la question, à la gestion de nos gouvernements.
Autant dire, effectivement, que c’est bien l’économie qui détermine aujourd’hui, au déni de toute démocratie, la politique.

 

 

Comme tous les totalitaires, les bureaucrates européens veulent convaincre les peuples qui leurs sont soumis qu’il n’y a pas d’alternative possible

               un totalitarisme de type orwellien

Comme dans Orwell, l’UE pratique l’inversion du discours en reprochant à ses adversaires précisément ce qu’elle pratique : les partisans du Brexit, qui veulent reprendre le contrôle de leur destin, sont accusésd’attiser la peur, alors que ce sont les bureaucrates de l’UE qui ne cessent de prédire le déluge si le Brexit l’emporte. La une  du Daily Mirror, quotidien qui soutient le Remain, est significative, comparant le Brexit à un gigantesque trou noir, avec ce titre : «Ne faites pas un saut dans l’obscurité…».

Comme tous les totalitaires, les bureaucrates européens veulent convaincre les peuples qui leurs sont soumis qu’il n’y a pas d’alternative possible et que la poursuite de l’intégration européenne à marche forcée est le seul avenir. S’il n’y pas d’autre avenir possible, il faut forcément que les opposants à l’UE soient des fous et des forcenés, et que ce qu’ils présentent comme une alternative conduise obligatoirement à la barbarie et au chaos.

Extrait de :

https://francais.rt.com/opinions/22631-union-europeenne-totalitarisme-type-orwellien

L' Union Européenne que nous n'avons donc pas nous-mêmes appelé de nos vœux se construit, à l’heure actuelle, sur la destruction, non seulement des États, mais, plus spécifiquement encore, de la souveraineté populaire et, donc, contre la Liberté elle-même .

 

Les peuples sont gérés par la finance,  par une logique qui n'est pas humaine.

Ce sont bien ces technocrates de la haute finance qui, privés en outre de toute légitimité démocratique puisque ce ne sont pas les peuples qui les ont élus, se voient aujourd'hui ,une trentaine d'année après la réunification allemande soudain propulsés, sans que nous n’ayons jamais été consultés sur la question, à la gestion de nos gouvernements.

Autant dire, effectivement, que  c’est bien l’économie qui détermine aujourd’hui, au déni de toute démocratie, la politique.

 

Le prix des politiques de rigueur se compte en vies humaines.

Pour l'urgentiste, l'Etat est clairement responsable de la situation: "Les gouvernants et notre ministre actuelle nous disent qu'il faut fermer des lits. Mais nous, les professionnels de terrain, nous disons que la première cause de dysfonctionnement des urgences, ce sont les patients qui attendent un lit. Donc quand ils sont dans un box en attendant un lit, ceux qui arrivent restent à l'extérieur sans surveillance. Donc la direction de l'hôpital de Reims a une responsabilité".

Christian Prudhomme vise directement, la ministre de la Santé Agnès Buzyn: "Je compare la ministre actuelle à ses prédécesseurs. M. Mattei, en 2003, au bord de sa piscine, ne voyait pas qu'il y avait la canicule et que les urgences étaient débordées. Aujourd'hui, M. Buzyn ne voit pas que les urgences sont débordées et que les gens meurent sur des brancards en salle d'attente dans des conditions inadmissibles et inhumaines. Et ça ce n'est pas la faute des professionnels".

"J'espère que le fils de cette dame va porter plainte"

Et de dénoncer une situation qui perdure, partout en France: "Nous, les urgentistes, dénonçons ces problèmes depuis plusieurs années. "

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2018/05/le-prix-des-politiques-de-rigueur-se-compte-en-vies-humaines.html

 

 

L'industrie européenne se déplace vers l'est

Lorsqu'on regarde la carte d'Europe,on constate que les usines votent avec leurs pieds.

Sur quinze ans, entre 2000 et 2014, le continent se divise en trois blocs. Le Sud avec le Portugal, l'Espagne, l'Italie et la France, où la production industrielle a chuté de 10 à 30%. Deuxième bloc : l'Europe du Centre, avec l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse, où elle a augmenté de 10 à 30%. Troisième partie : l'Europe de l'Est, avec en particulier la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie et la Pologne, où elle a augmenté de plus de 50%. L'Europe de l'Est est en train de devenir l'usine de l'Europe.

Dans un grand marché européen sans barrières commerciales, où les capitaux et les marchandises peuvent circuler librement,autrement dit le paradis rêvé du capitalisme, les usines s'installent là où c'est le plus rentable, c’est-à-dire le moins cher. Dans tous ces pays de l'Est les salaires sont bas, alors que la formation et la productivité en usine est tout à fait semblable à la nôtre, voire meilleure. En Slovaquie, le Smic est de 380 euros par mois, contre 1.500 bruts chez nous,une mine d'or à exploiter!

 Les grandes entreprises s'installent là-bas, en particulier les constructeurs automobiles allemands, Volkswagen, BMW, Mercedes, qui ont délocalisé la production des petits véhicules et quelques blocs des gros. L'Allemagne a constitué une véritable chaîne de production internationale de voiture, avec ces pays qui sont devenus sa banlieue économique. C'est "voitureland".

On a vu en fait réapparaître une tradition industrielle qui date de l'empire austro-hongrois. La Bohême-Moravie, en République tchèque, a toujours été une terre d'usines. Il n'y a pas que les Allemands du reste. Peugeot a installé une usine en Slovaquie. Renault fait fabriquer les Twingo en Slovénie. Le secteur auto compte pour la moitié de la croissance des exports de la Tchéquie, la Hongrie et la Slovaquie.

Ces migrations expliquent en partie l'effondrement de la production industrielle française, pour l'automobile en particulier.

 En 1989,nous fabriquions quatre millions de voitures en France. Après la "réunification allemande",c'est moins de la moitié , alors que le marché automobile a considérablement augmenté depuis cette date.

Au total, la France devient de moins en moins industrielle. Cette hémorragie des usines a eu une conséquence inattendue : le chômage des hommes français est désormais plus important que celui des femmes, alors que ça n'était jamais arrivé auparavant. 

Informations provenant de :

http://www.rtl.fr/actu/conso/l-industrie-europeenne-se-deplace-vers-l-est-7782370174

N'en déplaise à ceux qui refusent obstinément de l'admettre,

le mur de Berlin est effectivement tombé contre les peuples et les nations souveraines pour le fondamentalisme du marché libéral . 

Le prix Nobel d'Economie,“The Nobel Factor” créé il y a près d’un demi-siècle a été une machine de guerre visant à légitimer le tournant néolibéral des années 70 et 80,pour faciliter le remplacement du modèle social patiemment construit dans l'état des nations en europe,par celui de l’économie de marché débridée que chacun découvre avec de plus en plus de stupeur au fur et à mesure qu'elle progresse maintenant chez nous .

Ce n'est pas un hasard si lors de sa venue à Berlin en 1987,Ronald Reagan prononça devant la porte de Brandenburg :"Mr gorbachev tear down this wall","Monsieur Gorbatchev, faites tomber ce mur".

A ses cotés Helmut Kohl, qui en 2002 lors d’un interview déclara : « je me suis comporté en dictateur pour faire adopter l’euro »

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2018/04/la-fin-de-l-europe-de-yalta-a-ete-menee-la-ou-les-multinationales-l-ont-souhaite.html

L' Union Européenne que nous n'avons pas nous-mêmes appelé de nos vœux se construit, à l’heure actuelle, sur la destruction, non seulement des États, mais, plus spécifiquement encore, de la souveraineté populaire et, donc, contre la Liberté elle-même .

L’Europe, par cette nouvelle forme de dictature - la dictature économique,   nie, ainsi ouvertement l'existence de nos droits fondamentaux, patiemment durement et dûment obtenus par nos ancêtres au fil des époques..

 

Réunification allemande:

L'écrivain allemand Schneider a écrit un livre intitulé "Révolution avortée". Il dénonce les infractions des procédures électorales et l'ingérence directe du gouvernement de la RFA dans le déroulement du vote. Et les cas sont nombreux. L'URSS s'effondrait à l'époque et il était inutile de se gêner pour violer même ses propres règles. Tous les coups sont permis quand il s'agit du triomphe des "valeurs européennes".

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2018/06/reunification-de-l-allemagne-triomphe-de-la-democratie-ou-veritable-anschluss.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents