Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

La chute du Mur de Berlin, a été un événement politique considérable, elle est aussi un bouleversement économique comme il ne s'en produit qu'un ou deux par siècles, comparable, dans son ampleur et ses conséquences, à une guerre mondiale. Du jour au lendemain ou presque, le "contre-capitalisme" est démantelé, laissant le champ libre à une économie de marché planétaire. Dès l'effondrement du rempart de béton de la RDA, c'est la ruée de l'Ouest : les entreprises multinationales occidentales se précipitent sur les nouveaux territoires conquis , pour y vendre leur produits, les fabriquer ou acheter des matières premières. Le marché et la "démocratie" annexent l'Est d'un même pas . Le rapport de force entre le capital et le travail s'inverse. Avant novembre 1989, les travailleurs profitaient indirectement de la crainte du communisme - pour limiter les risques de révolution, les entreprises et les Etats consentaient des augmentations de salaires régulières et des droits sociaux étendus. Tout d'un coup, cette crainte disparaît. Pire, les non qualifiés occidentaux sont mis en concurrence avec les non qualifiés slovaques ou chinois, cinquante fois moins bien payés. Et c'est au contraire le détenteur de capital qui profite d'un monde ouvert, dans lequel il peut faire circuler son argent comme bon lui semble pour profiter des opportunités de rendement ou de taxation favorables. La chute du Mur a signé la victoire du rentier.


Tout ce qui brille n'est pas de l'or,ce qui brille est clinquant et n’est pas pour cela joyeux .

Publié le 28 Février 2018, 16:02pm

« executive orders » C'est la méthode des  USA,

En France on nomme cela des « ordonnances ». Il s’agit de décisions politiques prises solitairement,arbitrairement par un président ou un chef de gouvernement, sans consultation du parlement.

S’il est  plus facile pour un régime totalitaire de gouverner sans passer par ces procédures "encombrantes" que la démocratie impose, il est irritant de voir tous ces leaders politiques brandir fièrement leurs ordonnances dans les objectifs des médias –

tout en étant visiblement fiers d’annuler dans les faits, la démocratie.

Depuis l'Elysée, le président a apposé à cinq reprises sa signature sur les ordonnances . Celles-ci doivent à présent être publiées au Journal officiel ce qui rendra les premières mesures applicables .
Macron signe en direct à la télévision les ordonnances réformant le droit du travail 12:54 - 22 sept. 2017

Il ne faut pas s’étonner de l’écroulement des partis politiques – s’il ne sert plus à grande chose d’aller voter car les décisions sont prises de toute manière sans consultation (ou même contre l’avis) du peuple.

 

Règner  sur des sujets, cela s’appelle une monarchie. Un président ou chef de gouvernement est le « primus inter pares », un salarié du peuple, celui qui est là pour mettre en oeuvre un programme pour lequel il a été élu. Mais sa mission ne consiste pas à imposer sa volonté en contournant le parlement.

Les ordonnances ont peut être ce pouvoir magique de permettre de prendre des décisions contre tout le monde, mais elles tuent en même temps la démocratie.

Parlement bafoué, collectivités étranglées, entraves à la séparation des pouvoirs et au droit commun...

Depuis son élection, le président de la République s’attaque à plusieurs piliers de la démocratie.

Après avoir considéré que l’élection est « un processus d’un ancien temps », puis défendu que la démocratie « ne se suffit pas à elle-même » et qu’elle souffre de l’absence de « la figure du roi ».

Celui qui voulait choisir les journalistes chargés du suivi de l’Élysée, et dont le mouvement a sélectionné les plus dociles , s’attaque aussi bien au premier échelon de notre démocratie, la commune, en asphyxiant les collectivités, qu’à la représentation nationale avec un projet à même de soumettre et de bâillonner le Parlement. La séparation des pouvoirs tout comme les libertés collectives ont aussi pris un coup sévère .

Une ordonnance imposée au peuple, ne fait que renforcer le sentiment d’impuissance des citoyens face à leurs institutions et favorise donc logiquement, le rejet.

Les ordonnances sont faites pour répondre à des situations particulières.

Si le Parlement n'est pas sollicité pour débattre d'un sujet  il y a  déni de démocratie parlementaire.


 

 

Les libre-échangistes dénoncent le « trop de gouvernement » et pourtant la finance et le big business profitent énormément de l’Etat – depuis les plans de sauvetage jusqu’aux milliards gagnés lors des privatisations et maintenant les ordonnances. Le socialisme existe bel et bien,mais pour les riches.

Le socialisme existe seulement pour les riches : les règles du capitalisme ne s’appliquent qu’au reste d’entre nous.

La classe dominante moderne, bien sûr, a horreur de l’État. L’Etat est présenté comme un obstacle à l’innovation, un destructeur d’initiatives, un monolithe qu’il faut attaquer pour permettre à la libre entreprise de s’épanouir.

Le président Macron a révélé sa conception du monde et la manière dont il entend utiliser les outils dont il dispose. Selon lui, il n’y a plus de souveraineté populaire, ni en France, ni en Europe, donc pas de démocratie nationale ou supra-nationale. Il n’y a plus non plus d’Intérêt collectif, de République, mais un catalogue hétéroclite de choses et d’idées composant des biens communs.

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/12/l-austerite-voulue-par-les-milieux-financiers-est-devenue-une-valeur-superieure-qui-remplace-la-politique.html

 

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2018/02/le-socialisme-existe-pour-les-riches.html

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, peu accoutumé à la langue de bois, a assuré depuis Washington que "la France serait contente que quelqu'un force le Parlement" à voter de dures réformes.

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/07/la-france-doit-etre-reformee-de-force.le-ministre-des-finances-allemand-wolfgang-schauble.html

Le prix Nobel d'Economie, instrument de propagande du néolibéralisme.

 le prix  Nobel d'Economie créé il y a près d’un demi-siècle a été une machine de guerre visant à légitimer le tournant néolibéral des années 70 et 80. Il a facilité le remplacement du vieux modèle social-démocrate par celui de l’économie de marché débridée.

Ce virage, porté par Margaret Thatcher en Angleterre et Ronald Reagan aux Etats-Unis, s’est appuyé sur une école de pensée : l’école de Chicago. Le pape de ce courant de pensée était l’économiste monétariste Milton Friedman (Nobel 1976). Ces économistes étaient convaincus que dans l’économie, l’Etat était le problème, jamais la solution. Il fallait donc privatiser tout ce qu’on pouvait, retirer la planche à billets des pattes des gouvernements, réduire les dépenses publiques, déréglementer les marchés…

https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20161008.OBS9557/le-prix-nobel-d-economie-instrument-de-propagande-du-neoliberalisme.html

Les catégories les plus pauvres de la population seront perdantes dans leur ensemble. Les revalorisations des minimas sociaux prévues pour la fin de l’année 2018 "ne compensent pas les hausses de la fiscalité indirecte" 

BUDGET 2018 : LES 5% LES PLUS RICHES SERONT LES GRANDS GAGNANTS

https://www.capital.fr/economie-politique/budget-2018-les-5-les-plus-riches-seront-les-grands-gagnants-1265634

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents