Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

La chute du Mur de Berlin, a été un événement politique considérable, elle est aussi un bouleversement économique comme il ne s'en produit qu'un ou deux par siècles, comparable, dans son ampleur et ses conséquences, à une guerre mondiale. Du jour au lendemain ou presque, le "contre-capitalisme" est démantelé, laissant le champ libre à une économie de marché planétaire. Dès l'effondrement du rempart de béton de la RDA, c'est la ruée de l'Ouest : les entreprises multinationales occidentales se précipitent sur les nouveaux territoires conquis , pour y vendre leur produits, les fabriquer ou acheter des matières premières. Le marché et la "démocratie" annexent l'Est d'un même pas . Le rapport de force entre le capital et le travail s'inverse. Avant novembre 1989, les travailleurs profitaient indirectement de la crainte du communisme - pour limiter les risques de révolution, les entreprises et les Etats consentaient des augmentations de salaires régulières et des droits sociaux étendus. Tout d'un coup, cette crainte disparaît. Pire, les non qualifiés occidentaux sont mis en concurrence avec les non qualifiés slovaques ou chinois, cinquante fois moins bien payés. Et c'est au contraire le détenteur de capital qui profite d'un monde ouvert, dans lequel il peut faire circuler son argent comme bon lui semble pour profiter des opportunités de rendement ou de taxation favorables. La chute du Mur a signé la victoire du rentier.


Le 8 octobre 2015 ,Angela Merkel proclamait « j’ai un plan ».

Publié le 26 Septembre 2017, 01:46am

Un flot incontrôlé de réfugiés de guerre venant de Syrie, Libye, Tunisie et d’autre pays musulmans déstabilisés par les Révolutions colorées de Washington de type « Printemps Arabes », a créé la plus grande dislocation sociale à travers l’UE depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, de l’Allemagne à la Suède en passant par la Croatie .

Le 8 octobre 2015, au milieu des vagues de centaines de milliers de réfugiés affluant vers l’Allemagne depuis la Syrie, la Tunisie, la Libye et d’autres pays, une chancelière allemande Angela Merkel proclamait à l’occasion d’un programme populaire à la télévision allemande: « j’ai un plan ».

La maxime consistant à « suivre les traces de l’argent» est instructive dans ce cas d’espèce, afin de comprendre qui gouverne vraiment l’UE aujourd’hui.

Le plan Merkel.

Ces actions en apparence inexplicables,  de la part de celle qui était auparavant regardée comme une dirigeante allemande pragmatique, apparaissent remonter à l’acquiescement donné à un document de 14 pages préparé par un réseau de laboratoires d’idées pro-OTAN, crânement intitulé « le plan Merkel« .

ce que la Chancelière allemande nouvellement pleine de confiance n’a pas dit , c’est que « son » plan lui avait en fait été donné juste quatre jours auparavant, le 4 octobre [2015]: il provenait d’un document qui était déjà intitulé « Le Plan Merkel « , par un nouveau laboratoire d’idées [think tank] international, nouvellement créé et objectivement bien financé, répondant au doux nom de « Initiative pour la Stabilité Européenne » (ISE [European Stability Initiative – ESI]). Le site Internet de l’ISE témoigne de ce que cette organisation possède des bureaux à Berlin, à Bruxelles et à Istanbul, en Turquie.

De façon suspecte, les auteurs de ce plan de l’ISE l’ont intitulé comme si il provenait de la Chancellerie fédérale allemande et non pas de leur propre officine. Plus suspicieux encore est le contenu de ce « Plan Merkel » de l’ISE. Car en plus d’avoir pris en charge plus d’un million de réfugiés en 2015, il préconise que l’Allemagne devrait « accepter de garantir l’asile à 500 000 réfugiés syriens enregistrés en Turquie durant les 12 mois à venir ». Plus encore, « l’Allemagne devrait accepter les réclamations de la Turquie  […] et fournir un moyen de transport assuré aux candidats acceptés […] déjà enregistrés auprès des autorités turques… ». Et finalement encore, « l’Allemagne devrait accepter d’aider la Turquie en vue d’obtenir une exemption de visa pour ses propres voyageurs en 2016».

Ce soit-disant Plan Merkel est en fait un produit des cercles d’influence [thinks tanks] américains et liés à l’OTAN, et des gouvernements de pays membres de l’OTAN ou membres potentiels. La maxime consistant à « suivre les traces de l’argent» est instructive dans ce cas d’espèce, afin de comprendre qui gouverne vraiment l’UE aujourd’hui.

L’ISE [Initiative pour la Stabilité Européenne].

L’ISE est née du fait des efforts de l’OTAN visant à transformer le sud-est de l’Europe, des suites de la guerre de Yougoslavie déclenchée à l’instigation des États-Unis durant les années 1990, qui résultait en la balkanisation de ce pays et l’établissement d’une base américaine majeure de l’OTAN, Camp BondSteel, au Kosovo.

L’actuel Président de l’ISE directement responsable de la version finale du document appelé « Plan Merkel » est un sociologue autrichien basé à Istanbul, Gerald Knaus. Knaus est aussi un membre de l’ECFR, le Conseil Européen pour les Relations Etrangères (CERE). Il est également un membre de l’Open Society.

Fondée à Londres en 2007, l’ECFR est une imitation de l’influent CFR de New York, le cercle d’influence créée par les Rockfeller et ses amis banquiers, JP Morgan en tête, durant les négociations de paix de Versailles en 1919 afin de coordonner la politique étrangère globale anglo-américaine. De façon significative, le créateur et bailleur de fonds de l’ECFR est le milliardaire américain financier des révolutions dites « colorées », George Soros. Dans virtuellement toutes les révolutions de couleur soutenues par le Département d’État américain, depuis l’effondrement de l’Union Soviétique, incluant la Serbie en 2000, en Ukraine, en Géorgie, en Chine, au Brésil et en Russie, George Soros et les ramifications de ses Fondations pour une Société Ouverte étaient toujours présentes, agissant dans l’ombre, finançant les O.N.G. et autres activistes pour la « démocratie » afin d’installer des régimes pro-Washington et pro-OTAN.

Les membres sélectionnés [de l’ECFR], appelés Membres [Members] (ou associés [associates]) du Conseil basé à Londres, incluent le Co-président Joschka Fischer, l’ancien ministre des affaires étrangères du parti écologiste allemand, qui tordit l’idéologie de son propre parti afin de soutenir les bombardements illégaux de Bill Clinton en 1999 contre la Serbie, sans l’appui du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Les autres membres de l’influent Conseil pour les Relations Etrangères de Soros incluent l’ancien Secrétaire Général de l’OTAN, Xavier Solana. Il inclut également le plagiaire disgracié et ancien Ministre de la Défense allemand, Karl-Theodor zu Guttenberg ; Annette Heuser, directrice exécutive de la fondation Bertelsmann à Washington D.C. ; Wolfgang Ischinger, Président de la Conférence sur la Sécurité de Munich ;Cem Özdemir, Président du regroupement politique allemand Alliance90/Les Verts; Alexander Graf Lambsdorff, du parti Libéral-Démocrate allemand (Freie Demokratische Partei, FDP), Eurodéputé ; Michael Stürmer, correspondant en chef du journal Die Welt ; Andre Wilkens directeur de la fondation Mercator [Mercator Foundation] ; ainsi que le défenseur de la pédérastie au Parlement européen Daniel Cohn-Bendit. Cohn-Bendit, connu en tant que « Danny le Rouge » durant les émeutes étudiantines française de « Mai 68″, était un membre du groupe autonomiste « combat révolutionnaire » [RevolutionärerKampf ] à Rüsselsheim, Allemagne, aux côtés de son allié proche à présent Président de l’ECFR, Joschka Fischer. Ces deux-là fondirent ensemble l’aile « realo«  des Verts allemands.

Les Fondations pour une Société Ouverte constituent l’armature du réseau de fondation exemptées de taxe « promouvant la démocratie », créée par George Soros sur les ruines laissées par l’effondrement de l’Union soviétique: elles y promurent des « marchés libres » favorables aux règles de libéralisation des marchés voulues par le FMI au sein des anciennes économies communistes, qui ouvrirent les portes à un pillage systématique des actifs énergétiques et miniers de grande valeur au sein de ces pays. Soros fut l’un des financiers majeur impliqués auprès de l’équipe économique libérale de Boris Yeltsin, incluant l’économiste des « Thérapies de Choc » de Harvard, Jeffrey Sachs, et le conseiller libéral  de Yeltsin, Yegor Gaïdar.

À ce stade, il est déjà clair que ce « Plan Merkel » n’est en fait que le Plan Soros. Mais il y a plus encore à découvrir si nous souhaitons comprendre l’agenda bien sombre se dévoile derrière ce plan.

Les financiers de cette « Initiative pour la Stabilité Européenne »…

Le cercle d’influence dit « ‘Initiative pour la Stabilité Européenne », de Gerald Knaus lié à George Soros,  est en effet financé par une liste impressionnante de donateurs. Leur site Internet en dresse une liste.

Cette liste inclut, en plus des Fondations pour une Société Ouverte de Soros, la Fondation [Stiftung] allemande Mercator, liée à Soros, et la Fondation Robert Bosch. Les financiers de l’ISE incluent également la Commission Européenne. Ensuite, assez curieusement la liste des fondateurs de ce « Plan Merkel » inclut une organisation au nom tout à fait orwellien : l’Institut des États-Unis pour la Paix [United States Institute of Peace].

Quelques recherches suffisent à révéler que cet Institut des États-Unis pour la Paix a tout sauf un arrière-plan pacifique. L’Institut des États-Unis pour la Paix est en effet présidé par Stephen Hadley, l’ancien Conseiller à la Sécurité Nationale durant l’Administration des néoconservateurs fauteurs de guerre Bush-Cheney. Son Conseil des Directeurs inclut également Ashton B. Carter, l’actuel qu’on néoconservateurs Secrétaire à la Défense de l’Administration Obama ; le Secrétaire d’État John Kerry ; le Major General [Général de Division] Frederick M. Padilla, Président de l’Université américaine pour la Défense Nationale [US National Defense University]. Voici donc quelques-uns des architectes vétérans de la stratégie de « Dominance Plein Spectre«  du Pentagone américain.

Les auteurs du « Plan Merkel » issu de l' »Initiative pour la Stabilité Européenne », en plus des largesses des fondations de George Soros, incluent au sein du « noyau » de ses bailleurs de fonds, le Fonds Marshall des États-Unis pour l’Allemagne [German Marshall Fund of the United States].Ce German Marshall Fund est tout sauf allemand : « Avec son siège à Washington, il s’agit d’un laboratoire d’idées américains ayant ses quartiers généraux à Washington D.C.. et de fait son agenda est la déconstruction de l’Allemagne d’après-guerre, et plus globalement de tous les Etats souverains au sein de l’Union Européenne, afin de les faire rentrer plus facilement dans l’agenda de la mondialisation voulue par Wall Street ».

Ce « Fonds Marshall Allemand » de Washington a été impliqué dans l’agenda américain post-1990 impliquant des changements de régime partout dans le monde, de conserve avec le NED [National Endowment for Democracy] financé par les États-Unis, avec les fondations Soros, et avec l’organisation frontale de la CIA appelée USAID.

 « Le but majeur du « Fonds Marshall Allemand », d’après son rapport annuel de 2013, était de soutenir l’agenda planifié du Département d’État américain pour des opérations de soi-disant « ingénierie démocratique » au sein des anciens pays communistes d’Europe de l’Est et du Sud-Est, depuis les Balkans à la mer Noire. De façon significative, leurs efforts incluaient l’Ukraine. Dans la plupart des instances, ils travaillèrent ensemble avec l’USAID, largement identifié comme une organisation façade de la CIA avec des liens remontant au département d’État, et avec la Fondation Stewart Mott qui donne des fonds au NED lui-même financé par le Gouvernement américain».

De façon remarquable, la même Stewart Mott Foundation  est un autre bailleur de fonds de l’ISE ayant produit ce « Plan Merkel », tout comme le Fonds des Frères Rockefeller.

Tout ceci devrait donner des raisons de faire une pause afin de réfléchir sujet des acteurs et des buts de cet arrangement Merkel-Erdogan, concernant cette crise des réfugiés influents dans l’UE.

Est-ce que la faction Rockefeller-Bush-Clinton aux États-Unis, espère l’utiliser en tant qu’une expérience d’ingénierie sociale majeure afin de créer le chaos et le conflit social dans l’UE, tandis que dans le même temps leurs O.N.G. comme le NED, la Freedom House et les Fondations Soros poussent leurs feux en Syrie et en Libye et partout dans le monde islamique? Est-ce que l’Allemagne est bien devenue, comme l’appelait l’ancien conseiller présidentiel américain et protégé des Rockfeller, un « vassal » de la puissance américaine dans le monde post-1990? A ce jour, les preuves sont assez édifiantes pour conclure que c’est bien le cas. Le rôle des laboratoires d’idées liées aux États-Unis et à l’OTAN est centrale, afin de parvenir à une compréhension de la façon dont la république fédérale d’Allemagne et l’union européenne en faite contrôlés depuis l’arrière-plan du rideau atlantique…

 

Traduction par Jean-Maxime Corneille, article initial pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents