Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com

La chute du Mur de Berlin, a été un événement politique considérable, elle est aussi un bouleversement économique comme il ne s'en produit qu'un ou deux par siècles, comparable, dans son ampleur et ses conséquences, à une guerre mondiale. Du jour au lendemain ou presque, le "contre-capitalisme" est démantelé, laissant le champ libre à une économie de marché planétaire. Dès l'effondrement du rempart de béton de la RDA, c'est la ruée de l'Ouest : les entreprises multinationales occidentales se précipitent sur les nouveaux territoires conquis , pour y vendre leur produits, les fabriquer ou acheter des matières premières. Le marché et la "démocratie" annexent l'Est d'un même pas . Le rapport de force entre le capital et le travail s'inverse. Avant novembre 1989, les travailleurs profitaient indirectement de la crainte du communisme - pour limiter les risques de révolution, les entreprises et les Etats consentaient des augmentations de salaires régulières et des droits sociaux étendus. Tout d'un coup, cette crainte disparaît. Pire, les non qualifiés occidentaux sont mis en concurrence avec les non qualifiés slovaques ou chinois, cinquante fois moins bien payés. Et c'est au contraire le détenteur de capital qui profite d'un monde ouvert, dans lequel il peut faire circuler son argent comme bon lui semble pour profiter des opportunités de rendement ou de taxation favorables. La chute du Mur a signé la victoire du rentier.


Libéralisme le système de la honte .

Publié le 9 Août 2017, 16:36pm

 

Faire des économies évite la poursuite de tout autre objectif public.

L’absence de honte est une arme puissante pour la conquête du pouvoir. Celui qui ment de manière éhontée dispose d’une puissante arme rhétorique contre celui qui se retient, qui s’impose des limites. Même si les candidats  savent ne pas pouvoir tenir toutes leurs promesses, ils font quand même un minimum d’effort, à base de chiffrage de programme et de prévisions savantes pour avoir l’air crédible, ou au moins plausible. Ne pas avoir honte, c’est pouvoir promettre tout et son contraire, sans se préoccuper de la moindre cohérence ni du moindre respect de la parole donnée.

Déformation du réel
Tout totalitarisme est d’abord un dévoiement du langage et comme dans le récit de Georges Orwell, le néolibéralisme a sa novlangue et ses éléments de communication qui permettent de déformer le réel. Ainsi, toute coupe budgétaire relève-t-elle actuellement de la modernisation des secteurs touchés. Les plus démunis ne se voient plus rembourser certains soins de santé et renoncent à consulter un dentiste ? C’est que la modernisation de la sécurité sociale est en marche.

L’abstraction domine dans le discours public pour en évincer les implications sur l’humain. Certaines personnes sont-elles qualifiées d’assistées parce qu’elles relèvent de la solidarité nationale.

Culte de l’évaluation
Le darwinisme social domine et assigne à tous et à chacun les plus strictes prescriptions de performance : faiblir c’est faillir. Les fondements culturels sont renversés : Le néolibéralisme a le monopole de la rationalité et du réalisme. Margaret Thatcher l’a indiqué en 1985 : «  There is no alternative  ». Tout le reste n’est qu’utopie, déraison et régression. Les vertus du débat et de la conflictualité sont discréditées puisque l’histoire est régie par une nécessité.

Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme.

Le fascisme se définit comme l’assujettissement de toutes les composantes de l’État à une idéologie totalitaire et nihiliste.

Le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion. L’État est maintenant au service de l’économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui commandent jusqu’à la mise en péril du bien commun.

L’austérité voulue par les milieux financiers est devenue une valeur supérieure qui remplace la politique. Faire des économies évite la poursuite de tout autre objectif public. Le principe de l’orthodoxie budgétaire va jusqu’à prétendre s’inscrire dans la Constitution des Etats. La notion de service public est ridiculisée.

  Aux USA, le pays du libéralisme...

"Il m’arrive parfois de penser au suicide. Je suis tellement seul et si pauvre".
Voulez vous voir vraiment le visage du "rêve américain",
ce que donne le libéralisme quand on est pas milliardaire,
et bien voilà.
Les fortunes des uns sont forcément faites sur la pauvreté des autres,
et les autres sont les plus nombreux aux USA.
Les villages de tentes pour sans-abri poussent comme des champignons. La pauvreté est en Inflation vertigineuse.
Les campements de sans-abri fleurissent un peu partout aux Etats-Unis, tandis que la pauvreté se développe à un rythme très inquiétant.

Selon le département du Logement et du Développement urbain des États-Unis (United States Department of Housing and Urban Development, abrégé en HUD), plus d’un demi-million de personnes sont sans-abri en Amérique actuellement, mais ce chiffre augmente chaque jour. Et cette situation ne concerne pas seulement les adultes. On rapporte que le nombre d’enfants sans abri aux Etats-Unis a augmenté de 60 % depuis la dernière récession, et selon le site povertyusa, 1,6 million d’enfants aux Etats-Unis ont dormi dans des refuges pour sans-abri ou dans une autre forme d’hébergement d’urgence l’an dernier. Oui, le marché boursier a connu une forte période haussière au cours de ces dernières années, mais pour ceux qui vivent au bas de l’échelle économique, les choses ont continué à se détériorer.

33% des Américains n’arrivent même plus à subvenir à leurs besoins élémentaires
Ce soir, un nombre considérable de sans-abri vont essayer de trouver le sommeil lors de cette nouvelle nuit froide dans d’importants villages de tentes qui ont été mise en place dans le cœur de grandes villes américaines comme à Seattle, à Washington, D.C. ainsi qu’à Saint-Louis. La situation autour des sans-abri s’est tellement détériorée en Californie que le conseil municipal de Los Angeles a officiellement demandé au gouverneur Jerry Brown de déclarer officiellement l’état d’urgence. Et à Portland, la ville vient de prolonger d’une année supplémentaire l’état d’urgence pour les sans-abri, et les fonctionnaires de la ville ont vraiment des difficultés à gérer ces villages de tentes pour sans-abri qui poussent comme des champignons…

tent-homeless-poverty-portlandIl y a toujours eu des sans-abri à Portland, mais l’été dernier Michelle Cardinal a remarqué un changement radical à l’extérieur du lieu où elle travaille.

Presque du jour au lendemain, des tentes ont surgi dans le parc qui joue le rôle d’espace vert devant les bureaux de son entreprise publicitaire. Elle a observé des agressions, des gens qui venaient dealer de la drogue ainsi que de la prostitution. Chaque matin, elle explique devoir nettoyer des excréments humains devant la porte de son entreprise et ramasser des aiguilles usagées.

« Cela a commencé en Juin et depuis le mois de juillet, ça n’arrête plus. Le parc en est plein », explique-t-elle. « Nous avons un problème ici et la question est de savoir comment nous allons le résoudre. »
Mais bien sûr, Il n’y a pas que Portland qui connaît cette situation. Ces énormes camps de sans-abri sont si connus aujourd’hui aux Etats-Unis qu’on peut même trouver leurs noms sur cette liste qui provient de Wikipedia…

Camp Hope, Las Cruces, New Mexico [1]
Camp Quixote, Olympia, Washington State[2]
Camp Take Notice, Ann Arbor, Michigan[3]
Dignity Village, Portland, Oregon
Opportunity Village, Eugene, Oregon
Maricopa County Sheriff’s Tent City, Phoenix, Arizona
New Jack City and Little Tijuana, Fresno, California[2]
Nickelsville, located in Seattle[2][4]
Right 2 Dream Too, Portland, Oregon[5]
River Haven,[6] Ventura County, California[7][8]
Safe Ground, Sacramento, California[2]
The Jungle, San Jose, California[2]
Temporary Homeless Service Area (THSA), Ontario, California[2]
Tent City (100+ residents) of Lakewood, New Jersey[9][10]
Tent City, Avenue A and 13th Street, Lubbock, Texas[11]
Tent City, New Jersey forest[12]
Tent City, Bernalillo County, New Mexico[13]
Tent City, banks of the American River, Sacramento, California[14][15][16][17][18][19][20][21][22]
Tent City 3, Seattle
Tent City, Chicago, Illinois [1]
Tent City 4, eastern King County outside of Seattle
The Point, where the Gunnison River and Colorado River meet[23]
The Village of Hope and Community of Hope, Fresno, California[2]
Transition Park, Camden, New Jersey
Tent City, Fayette County, Tennessee, [2]
Camp Unity Eastside, Woodinville, WA [3]
China Hat Road, Bend, Oregon
La plupart du temps, ceux qui établissent ces villages de tentes ne veulent pas être repérés parce que les autorités locales ont la fâcheuse habitude de les arrêter et d’expulser les sans-abri de cette zone.
ce boom de sans-abri risque de prendre des proportions incontrôlables. Bientôt, On trouvera ces villages de tentes dans pratiquement toutes les localités en Amérique.

En fait, beaucoup de gens de la classe moyenne qui bénéficient actuellement d’un cadre de vie confortable finiront sous ses tentes. On l’a vu lors de la dernière crise économique, et ce sera encore pire à la prochaine.

Tout comme la dernière fois, les problèmes auxquels la classe moyenne est confrontée, peuvent paraître subtils, mais lorsque vous apprenez à bien observer les choses, vous remarquerez qu’ils font face à de nombreuses difficultés.

"Je suis devenu handicapé il y a maintenant 10 ans lorsque j’avais une quarantaine d’années. Je vis seul et je n’ai ni famille ni amis. J’ai raté ma vie professionnelle, et je n’ai aucune vie sociale. Etre handicapé signifie avoir toujours moins d’argent, et toujours plus de soins de santé. Il m’arrive parfois de penser au suicide. Je suis tellement seul et si pauvre."

 

46 millions d'Américains vivent grâce à des bons alimentaires.

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/07/46-millions-d-americains-vivent-grace-a-des-bons-alimentaires.html

Au temps des désillusions ,un asservissement de l'individu .

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/07/au-temps-des-desillusions-un-asservissement-de-l-individu.html

La France doit être réformée de force.Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble..

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/07/la-france-doit-etre-reformee-de-force.le-ministre-des-finances-allemand-wolfgang-schauble.html

la mondialisation n’est pas un concept sérieux. Nous l’avons inventé pour faire accepter notre volonté d’exploiter les pays placés dans notre zone d’influence.

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/07/la-mondialisation-n-est-pas-un-concept-serieux.nous-l-avons-invente-pour-faire-accepter-notre-volonte-d-exploiter-les-pays-places-da

Seniors. 200 millions d’euros en moins pour les maisons de retraite publiques

http://www.ouest-france.fr/economie/retraites/seniors-200-millions-d-euros-en-moins-pour-les-maisons-de-retraite-publiques-5043116

28 ans après la réunification allemande, à Berlin les sans abris appartiennent au paysage urbain.

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/06/28-ans-apres-la-reunification-allemande-a-berlin-les-sans-abris-appartiennent-au-paysage-urbain.html

Afghanistan, une guerre business 

http://09novembre1989lejourdapres-net.over-blog.com/2017/08/aghanistan-une-guerre-business.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents